lightbox – mobile

Marché de la Vanille : Les points-clés à retenir !

La vanille, saveur mondialement appréciée des consommateurs, connait d’importantes fluctuations ces dernières années. Quelques mois après la récolte 2016, Karine Costes, Responsable des Achats de METAROM France, fait le point sur cette matière. 

D’où proviennent les gousses de Vanille ?

Actuellement, l’île de Madagascar, premier pays producteur, fournit les 3/4 de la production mondiale (Vanille Bourbon, Vanilla planifolia produite dans l’océan Indien). L’autre 1/4 provient principalement d’Indonésie, d’Inde, d’Ouganda, de Papouasie Nouvelle Guinée et de façon confidentielle d’autres pays comme le Mexique et la Polynésie Française.  

Pourquoi est-ce une matière suivie de près par les acheteurs ces dernières années ?

Dans les années 2000, les prix étant particulièrement bas, certains pays s’étaient alors désintéressés de la production degousses. Or l’émergence de nouveaux pays consommateurs, notamment la Chine, a provoqué un déséquilibre. La demande est devenue supérieure à l’offre, provoquant des tensions sur le marché. Ainsi entre 2014 et 2016, le prix de la gousse a été multiplié par 4. 

L’augmentation de la demande explique-t-elle à elle seule ces tensions ?

Le déséquilibre entre l’offre et la demande a provoqué des spéculations sur la matière, entretenues par les différents intermédiaires de la chaine. Mais d’autres causes ont joué sur la réduction de l’offre et sont donc aussi à l’origine de la flambée des prix.

Comme pour les autres matières premières agricoles, le facteur climatique joue un rôle important. L’île de Madagascar est régulièrement soumise aux cyclones et la récolte 2015 n’avait pas été fructueuse. Parallèlement, la mise sur le marché de gousses de mauvaise qualité a également participé à l’inflation. En effet, cette matière première étant devenue « précieuse », les vols de gousses se sont multipliés. Pour y remédier, les agriculteurs ont anticipé la cueillette avant maturité. La récolte, qui démarre officiellement fin juin, lors de la fête nationale Malgache, a parfois été anticipée en Avril, provoquant la mise sur le marché de gousses vertes, avec un faible taux de vanilline. Il faut également noter que le procédé traditionnel de production de la vanille est long puisque 6 mois s’écoulent entre la récolte et l’expédition dont 4 mois sont consacrés au séchage. Pour contourner cela, certains fournisseurs ont limité le temps de séchage et conditionné les gousses sous-vide. Le taux d’humidité de celles-ci étant trop élevé, cela a nui à leur conservation et des problèmes de moisissures sont apparus.

Comment remédier à ces problématiques ?

En Mars 2016, le gouvernement Malgache a pris des mesures et interdit la vente de gousses vertes ainsi que le conditionnement sous-vide. Parallèlement, en tant qu’acheteur, nous nous fournissons exclusivement en gousses produites selon la méthode traditionnelle. A réception, nous contrôlons systématiquement un certain nombre de paramètres physico-chimiques afin de nous assurer de la qualité de la matière première que nous allons mettre en œuvre pour la fabrication de nos extraits. 

Quelles sont les perspectives du marché pour 2017 ?

La récolte effectuée en 2016 a été bonne en quantité mais le ramassage précoce va impacter la qualité des gousses qui seront mises sur le marché dans les mois à venir.

Pour 2017, la floraison des plants a commencé au début du mois de septembre 2016 et les premières tendances semblent positives sur les quantités de gousses attendues pour juin 2017. Néanmoins, il faudra attendre quelques mois et notamment d’avoir passé la saison des cyclones (Janvier à Mars) pour avoir une idée plus précise de la tendance de cette future récolte.

Enfin, l’arrivée sur le marché de nouveaux pays producteurs laisse présager moins de tensions pour le futur.

Laisser un commentaire

LES MÉTIERS CHEZ METAROM

©Metarom Group 2017 · Créé par Netinfosmedias